Station mobile de mesure :
MAMS Mobile Atmospheric Measurement System

La voiture « CaPPA Mobile » ou « MAMS »  constitue un système compact prêt à être déployé pour l’exploration rapide de la variabilité spatiale des aérosols en cas d’événements de pollution. Le système se distingue des autres plateformes mobiles par sa capacité d’effectuer des mesures en roulant. Le photomètre mobile PLASMA, fonctionnel depuis plus de 5 ans, montre sa robustesse pour des mesures à grande vitesse (voiture, avion).

La plupart des instruments utilisés pour surveiller les aérosols atmosphériques nécessitent un environnement contrôlé et une maintenance régulière pour leur fonctionnement. Par conséquent, leurs utilisations pour le profilage atmosphérique sont limitées à des emplacements fixes. Parfois, la distribution des aérosols est variable en particulier dans le cas des évènements de pollution. Dans ces situations, les observations dynamiques sur le terrain sont une grande nécessité car la variabilité spatiale est impossible à évaluer à partir des mesures ponctuelles.

 

Informations tirées du poster

Plateformes mobiles pour les mesures d’aérosols
Ioana POPOVICIa,b, Philippe GOLOUBa, Luc BLARELa, Thierry PODVINa, Rodrigue LOISILa, Florin UNGAa, Augustin MORTIERc, Christine DEROOa, Cyril DELEGOVEa, Marie CHOELd, Stéphane VICTORIb
a Univ. Lille, CNRS, UMR 8518 - LOA - Laboratoire d’Optique Atmosphérique, F-59000 Lille, France
b CIMEL Electronique, 75011 Paris, France
c Norwegian Meteorological Institute, 0313 Oslo, Norvège
d Univ. Lille, CNRS, UMR 8516 - LASIR - Laboratoire de Spectroscopie Infrarouge et Raman, F-59000 Lille, France

télécharger le poster

 

 

 

MAMS sur la route ! - mars 2016

Les chercheurs sont partis ce lundi matin, direction l’Observatoire de Haute Provence à Aix-en-Provence.
Sur la route, la voiture prend des mesures et les scientifiques à son bord en suivent l’évolution. En plus des instruments de mesures, la voiture est équipée d’une caméra et d’une connexion internet : juste de quoi documenter son avancée en temps réel !

Suivez les aventures de la #CaPPA_Mobile sur twitter.

 
©IPopovici


Si le système a déjà été utilisé localement, cette fois le parcours s’étend de Lille à Aix-en-Provence, près de 1000 km. Cette expérience s’inscrit dans le travail de thèse de Ioana Popovici : « Mesure de la variabilité aérosols à haute résolution spatiale et temporelle, en liaison avec la qualité de l’air, à l’aide d’un système mobile innovant. »
Le véhicule est équipé, cette fois, d’un LiDAR 532 nm (type CIMEL), du photomètre mobile PLASMA (340-1600 nm), d’un granulomètre (GRIMM) et d’une station météo.

Les données recueillies par le système mobile sont en cours d’analyse et validation. Une inter-comparaison des données sera  faite avec les données recueillies par les stations de mesures fixes de l’Observatoire de Haute Provence et des stations d’ATMO situées sur le trajet. Accès aux données en ligne de la voiture instrumentée

L’équipe scientifique comptait sur le beau temps pour recueillir un maximum de données. Même si le ciel s’est dégagé à plusieurs reprises, les conditions de ciel clair, sans nuages  n’ont pas été fréquemment rencontrées. Dans ces circonstances il est difficile de réaliser des mesures de photométrie solaire et d’obtenir des informations supplémentaires par combinaison LIDAR-photomètre solaire. Toutefois, le LIDAR a permis d’observer la variabilité verticale et spatiale de l’atmosphère. L’observation a été limitée à environ 2-3 km d’altitude par la présence de nuages sur la plus grande partie du trajet.

Une caméra fixée sur le toit de la voiture « confirme » les mesures LIDAR, comme suit :

Série spatio-temporelle LIDAR obtenue entre Lille et Valence le 28/03/2016

 

Mesures préliminaires du granulomètre GRIMM sur le trajet retour

Les mesures du granulomètre embarqué permettent au fil déplacement de calculer la concentration massique en particules (PMx), l’un des indicateurs de la qualité de l’air. Les mesures réalisées sur le trajet de retour, le 01 avril, après une météo très pluvieuse sur l’ensemble de la France fin mars, montrent des valeurs faibles (<20 g/m3) sauf quelques maximum remarquable lors de la traversée de zones à fort traffic routier (traversée de Lyon, par exemple).