Lucia DEACONU

Laboratoire d'Optique Atmosphérique (LOA)

19 décembre 2017, 14:00, Amphi P. Glorieux (CERLA)

PhD defense will be in english.
La thèse sera soutenue en anglais.

Résumé (FR)

Etude des situations multi-couches « aérosols » et des interactions « aérosols-nuages »

Le premier objectif de cette étude est d’analyser la cohérence entre les restitutions d’aérosols au-dessus des nuages (AAC) réalisées à partir de mesures spatiales passive et active. Nous avons considéré la méthode basée sur les mesures polarisées de POLDER, la méthode développée pour le lidar spatial CALIOP et la méthode basée sur le rapport de dépolarisation CALIOP (DRM), pour laquelle nous proposons une version calibrée. Nos analyses régionale et pluriannuelle globale mettent en évidence un bon accord statistique entre les restitutions DRM et POLDER AOT (R2=0,68 - échelle globale), qui donne confiance dans notre capacité à mesurer les propriétés de l'AAC. Des différences se produisent lors du contact entre les couches d'aérosols et de nuages. La méthode opérationnelle de CALIOP sous-estime l’AOT, comparé aux deux autres méthodes.

Le second objectif est d'étudier l'impact des aérosols sur les propriétés des nuages et leur forçage radiatif, sur l'océan Atlantique Sud. Nous avons considéré une synergie entre les restitutions CALIOP et POLDER avec des paramètres météorologiques colocalisés. Nous réalisons des calculs de transfert radiatif dans les domaines visible et infrarouge, et analysons l'effet de la charge en aérosol sur les propriétés des nuages et la météorologie. Nous avons trouvé que les aérosols et le contenu en vapeur d’eau pourraient impacter la convection des nuages. Nos résultats montrent que sous de fortes charges de AAC, les nuages deviennent optiquement plus épais, avec une augmentation du contenu en eau liquide de 20 g.m-2 et des altitudes plus basses du sommet du nuage (~200 m); indiquant un potentiel effet semi-direct des aérosols au-dessus des nuages.

 

Directeur de thèse : Philippe GOLOUB1
Encadrants :
Fabien WAQUET1, Nicolas FERLAY1
Rapporteurs : Cyrille FLAMANT2, Paquita ZUIDEMA3
Examinateurs : Didier TANRE1, Marc MALLET4, Nicolas BELLOUIN5
Membre invité : Damien JOSSET6

1LOA, University of Lille
2LATMOS, University Pierre et Marie Curie, Paris
3Rosenstiel School of Marine and Atmospheric Science, Miami, USA
4Météo France, Toulouse
5University of Reading, Reading, UK
6NASA Stennis Space Center, USA

 


 

Abstract (EN)

Study of multi-layer “aerosol” situations and “aerosol-cloud” interaction

One of the main objectives of this study is to analyze the consistency between the aerosol above clouds (AAC) retrievals from passive and active satellite measurements. We consider the method based on the passive polarization measurements provided by the POLDER instrument, the operational method developed for the space borne lidar CALIOP, and the CALIOP-based depolarization ratio method (DRM), for which we also propose a calibrated version. We perform a regional analysis and a global multi-annual analysis to provide robust statistics results. Our findings show good agreement between DRM and POLDER AOT retrievals (R2=0.68 at global scale). This result gives confidence in our ability to measure the properties of AAC. Differences occur when the aerosol and cloud layers are in contact. CALIOP operational method is largely underestimating the above cloud AOT, compared to the other two methods.

The second objective is to study the impact of aerosols on the cloud properties and their radiative forcing, over the South Atlantic Ocean. We perform a synergy between CALIOP vertical profiles and POLDER retrievals, with collocated meteorological parameters. We performed radiative transfer calculations in the short- and longwave domains, and analyzed the effect of aerosol loading on the cloud properties and meteorology. We found that aerosols and water vapor effects could impact the cloud convection. Our results show that under large loads of AACs, clouds become optically thicker, with an increase in liquid water path of 20 g.m-2 and their cloud top altitudes are lower by 200 m, which may indicate a potential semi-direct effect of aerosols above clouds.

Thesis supervisor : Philippe GOLOUB1
Co-supervisor :
Fabien WAQUET1, Nicolas FERLAY1
Referees : Cyrille FLAMANT2, Paquita ZUIDEMA3
Examiners : Didier TANRE1, Marc MALLET4, Nicolas BELLOUIN5
Invited member : Damien JOSSET6

1LOA, University of Lille
2LATMOS, University Pierre et Marie Curie, Paris
3Rosenstiel School of Marine and Atmospheric Science, Miami, USA
4Météo France, Toulouse
5University of Reading, Reading, UK
6NASA Stennis Space Center, USA

 

 

date: 
Mardi, 19 Décembre, 2017 - 14:00
descriptif etiquette: 
LOA Université de Lille Sciences et Technologies